Connaitre et essayer

Si vous voulez faire le bon achat en matière de G40, une règle d’or : ne sautez jamais sur la première que vous trouvez.

Les Polos G40 sont rarissimes, surtout en France, vous en voulez une depuis longtemps, vous en avez enfin repérée une, vous êtes sur le point de concrétiser votre rêve, votre enthousiasme aveugle ce qu’il vous reste de lucidité devant la belle.

POLO10

Et pourtant. C’est le meilleur moyen de faire une très mauvaise affaire. Il faut se rendre à l’évidence : le parc Français de G40 est pour les 3/4, voir les 4/5ième, en sale état, pour ne pas dire pitoyable. Peu importe le prix, qu’il soit de 2000 ou de 5000 euros, vous avez toutes les chances de tomber sur une merguez roulante. La faute à qui ? Pas à la voiture, c’est une certitude ! Les G40 sont des véhicules considérés comme très fiables, mais qui nécessitent un entretien suivi, souvent négligé ou confié à des mécanos qui n’y connaissent rien.

La grande majorité des Polo G40 ont fait plusieurs mains, souvent indélicates. Il arrive aussi fréquemment de trouver des Polo G40 à la vente dont les propriétaires eux-mêmes ne sont pas conscients du mauvais état. En effet, une Polo g40 qui perd 15 ou 20% de sa puissance reste une machine assez performante étant donné son faible poids. 100ch au lieu de 115 pour 800Kg et vous avez encore la sensation de conduire une petite sportive. Certains roulent pendant des années avec des fuites sur le circuit de suralimentation, sans le savoir, car ils n’ont jamais eut d’autres g40 entre les mains que la leur. Le vendeur pourra paraître tout à fait honnête, ce n’est pas pour autant que sa voiture aura la pêche d’origine. Et ce n’est pas non plus les factures ou le carnet d’entretien qui pourront vous rassurer, ils ne seront qu’indicatifs. Ce qui compte c’est l’état de la Polo le jour où vous l’essayez, et rien d’autre.

MOT13

Vous l’avez compris, pour être capable d’évaluer l’état, et donc le prix de la voiture, et/ou les réparations éventuelles à faire, il faut donc bien connaître le modèle et ne pas tomber dans le piège tendu par certains vendeurs, conscients de vendre un véhicule « rare » (donc cher) quel qu’en soit l’état. Pour que votre travail de remise en état après l’achat ne devienne pas monumental, et que votre budget n’explose pas au bout de 15 jours, faites ce travail approfondi de connaissance de la voiture AVANT l’achat. Apprenez à bien connaître la G40, essayez-en plusieurs, dans plusieurs configurations de préparation, apprenez l’ensemble des contrôles à opérer à l’achat et vous serez paré pour le D-Day.